FranceAgriMer : Conseil pour la filière sucrière

Logo-France-AgrimerLe Conseil spécialisé de FranceAgriMer pour la filière sucrière s’est réuni le 3 mars 2015, sous la présidence d’Éric Lainé. À deux ans de la suppression des quotas sucriers, gagner en compétitivité pour conquérir des parts de marché, reste un objectif prioritaire pour les acteurs économiques de cette filière.

Situation des marchés : abondance des récoltes européennes, volatilité des prix au niveau mondial

Monde : retour de la volatilité des prix sur fond d’incertitudes sur le niveau de production 2015/16

Depuis janvier 2015, on observe une plus forte volatilité des prix du sucre sur les marchés à terme, sur fond de tendance baissière en dollars. Mais exprimés en réal ou en euros, les prix restent stables, voire en légère hausse par rapport à la mi-décembre. Cette volatilité est alimentée par des facteurs haussiers de court terme (achats de couverture des fonds financiers) et des incertitudes sur la production mondiale 2015/16 et le retour potentiel d’un déficit en 2015/16 : sécheresse au Brésil en janvier, augmentation du taux d’incorporation de cannes pour la fabrication d’éthanol et réintroduction de taxes sur l’essence au Brésil… Le tout sur fond de demande chinoise élevée.

Union européenne : confirmation d’une production sucrière record

La production européenne 2014 de sucre est estimée au niveau record de 19,1 millions de tonnes (Mt), au-dessus du précédent score de 2011 (18,7 Mt). Le volume de sucre hors quota, destiné aux usages industriels ou à l’exportation, devrait dépasser 6 Mt avec un report potentiel important sur la campagne 2015/16, à moins d’augmenter la production d’éthanol de betterave.
À l’inverse, le marché du sucre du quota verra la disparition des excédents accumulés lors des campagnes précédentes ; le stock de fin de campagne 2014/15 devrait donc baisser, mais sans provoquer de difficultés d’approvisionnement du marché. Sur les quatre derniers mois, le prix moyen du sucre du quota a perdu 99 euros/tonne en moyenne, ce qui limite la compétitivité du sucre brut destiné au raffinage en provenance aussi bien des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) que du Brésil. De ce fait, les importations de sucre brut dans l’UE devraient reculer sensiblement sous les 3 Mt.

France : ventes de sucre alimentaire en hausse vers l’Union européenne

La production sucrière française en 2014 devrait finalement atteindre 5,1 Mt (dont 3,4 Mt sous quota et 1,7 Mt hors quota). La France table sur une augmentation de ses livraisons de sucre alimentaire sous quota vers ses partenaires européens tout au long de la campagne, compte-tenu des besoins intra-communautaires. Ce qui permettra de limiter le stock de fin de campagne. Pour le sucre hors quota, le débouché bioéthanol devrait contribuer à limiter le report à un niveau compris entre 0,1 et 0,2 Mt.

Transport et logistique : le Canal Seine-Nord Europe prend forme

Voies Navigables de France a présenté aux membres du Conseil spécialisé de la filière sucrière l’état d’avancement du projet de Canal Seine-Nord-Europe, reconfiguré en 2013/14 pour optimiser les coûts d’investissement. Dans le cadre du projet européen Seine Escaut 2020, ce projet prioritaire de liaison fluviale à grand gabarit entre la France, la Belgique et les Pays-Bas permettra de mieux connecter les ports maritimes et les ports intérieurs du Nord de la France, du Benelux et de l’Europe. Long de 107 km et large de 54 mètres, il reliera Compiègne à Cambrai, sur un dénivelé de 53 mètres franchi par six écluses, en connectant la Picardie au réseau fluvial à grand gabarit. Ces grands travaux permettront de favoriser le report modal et le désengorgement d’axes routiers saturés, tout en favorisant la transition écologique et énergétique. Ce canal, dont la mise en service est prévue entre 2023 et 2025, devrait drainer près de 3,5 millions de tonnes de céréales à l’horizon 2030.
La mise en service de cette nouvelle voie d’eau, adaptée aux transports de pondéreux, permettra aux filières agricoles, notamment aux grandes cultures, d’être plus compétitives à l’exportation en réduisant les coûts de transport et de stockage, dans un contexte de demande mondiale croissante.

Mots clés
Voir plus

Articles liés