Le Pruneau d’Agen en pleine reconquête de la compétitivité

Filière agricole compétitive et durable, créatrice de valeur ajoutée et d’emploi, la filière du Pruneau d’Agen fait office d’exemple face aux autres filières agricoles en mal de renouveau. Les acteurs du Pruneau d’Agen se consacrent aujourd’hui à leur Plan de Reconquête de la Compétitivité (PRC). En effet, après des années noires, producteurs et transformateurs ont su s’unir pour rendre la filière plus compétitive. Une relance bienvenue pour ce groupement de producteurs et de transformateurs qui a aujourd’hui le sourire. Dès le mois de décembre, des actions concrètes vont être entreprises afin d’entrer dans l’ère de l’innovation et de faire face à la concurrence étrangère.

Jacques Pomies, Pruniculteur et President du BIP (Bureau national Interprofessionnel du Pruneau)

Jacques Pomies, Pruniculteur et President du BIP
Jacques Pomies, Pruniculteur et President du BIP

« LePRC c’est moteur ! Il donne envie de produire des Pruneaux d’Agen et les résultats permis par ce PRC vont donner des couleurs aux exploitations agricoles concernées. Les producteurs de prunes d’Ente, comme tous les agriculteurs, veulent que le salaire soit le fruit de leur travail et non des aides publiques. C’est dans cette perspective que nous avons bâti le PRC. Le PRC est ambitieux mais réaliste car il est fondé sur des expériences vécues et appliquées par quelques agriculteurs visionnaires. Souhaitons que la crise économique mondiale ait une issue heureuse, ainsi l’avenir du Pruneau d’Agen et la réussite du PRC en seraient facilités. »

Des moyens financiers pour mener a bien le PRC

L’âge excessif des arbres, le poids des charges sociales, fiscales et de la législation environnementale, le coût très élevé du séchage des prunes, les contraintes climatiques, les pratiques culturales qualitatives et la faible dimension des structures d’exploitation ont causé à la production du pruneau un déficit aggravé depuis une dizaine d’années. Après une prise de conscience, la filière a conçu son plan de la compétitivité pour ne pas se laisser abattre.

En 2014, la restructuration devient nécessaire

Pour pouvoir réaliser son Plan, le secteur compte sur les pouvoirs publics pour deux formes de soutien. D’un côté un accompagnement de la production, jusqu’à l’aboutissement des objectifs du Plan en 2020, à hauteur de 12 millions d’euros annuels. De l’autre un programme de soutien aux investissements matériels et immatériels en production, au séchage et le cas échéant en transformation. À terme, l’objectif pour la profession est de ne plus dépendre de ce soutien financier.

Le PRC : Accélérer les évolutions techniques et d’investissement

Le Plan de Reconquête de la Compétitivité se décline sur trois axes : le verger, le séchage et la dynamique commerciale, tout en allant dans le sens de la protection de l’environnement.

Effectivement, après avoir étudié ses concurrents Chiliens et Californiens, la filière se rend compte du manque de rendement des vergers français. L’objectif avec le PRC est de rétablir une situation compétitive en rajeunissant le verger à une cadence accélérée, tout en le menant vers les techniques modernes de plantation à haute densité (400 arbres/ha minimum). Le tout avec un équipement d’irrigation et des objectifs environnementaux élevés. Ainsi, à horizon 2025, l’augmentation de la productivité des vergers devrait atteindre 50 %.

Grâce à ce rajeunissement des vergers, une plantation moderne de pruniers d’Ente commencera à produire dès 4-5 ans, contre 7-9 ans pour une traditionnelle.

Ce plan de reconquête permet d’accélérer énergiquement les évolutions techniques et d’investissement, qui devrait à terme la libérer de la dépendance aux aides publiques.

La filiere aujourd hui : les chiffres clefs

Grâce au PRC, l’objectif de la profession est de réduire de moitié le coût du séchage à horizon 2020. Des évolutions qui basculeront le système établi de relation pruniculture – séchage – transformation et nécessiteront la réalisation de lourds équipements supplémentaires et une logistique mieux élaborée.

  • Le secteur du Pruneau d’Agen emploie près de 10 000 personnes.
  • La production de Pruneaux d’Agen figure parmi les productions arboricoles les plus économes en traitements chimiques.
  • 34 % des ménages français ont acheté au moins une fois des pruneaux au cours de l’année.

Avec la participation de FranceAgriMer et du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la forêt.

Mots clés
Voir plus

Articles liés