Reprise du travail chez Tilly Sabco Bretagne

logo-tilly-sabcoReprise du travail chez Tilly Sabco Bretagne, mais la pérennité des 200 emplois ne sera assurée que si l’approvisionnement
en algues est sécurisé pour la nouvelle filière de poulets sans antibiotiques. Les 200 salariés de l’entreprise Tilly Sabco Bretagne ont repris l’activité lundi matin sur le site de production de Guerlesquin dans le Finistère. Une bonne nouvelle pour cette entreprise sauvée de la faillite en décembre dernier par 3 investisseurs : OLMIX, MS FOOD et la CCI de Morlaix.

Cependant, l’un des principaux axes de relance de l’entreprise : le développement de la filière « poulets élevés sans antibiotiques grâce aux algues », ne pourra prendre son essor que si un contrat permet de garantir l’approvisionnement en algues. La Bretagne est l’une des zones les plus riches en biodiversité et qualité d’algues au monde, mais la société OLMIX attend depuis plusieurs semaines que les Services de l’État lui délivrent les autorisations nécessaires pour la collecte des algues sur le littoral breton, algues qui serviront à la fabrication des solutions et aliments naturels permettant d’élever les poulets sans antibiotiques.

Il s’agit de dynamiser un secteur qui a besoin d’innovation pour se reconstruire. Le poulet, mais aussi le porc et les autres productions agroalimentaires sont concernés par le sujet de la production sans antibiotiques. Plusieurs grands acteurs de l’agroalimentaire et de la restauration française et internationale ont déjà fait connaitre leur volonté d’intégrer du poulet sans antibiotiques à leur offre. L’algue sera, par ailleurs, une source de différenciation pour eux.

La Direction d’OLMIX dénonce les actions de désinformation et les pressions exercées par certaines associations écologiques extrémistes qui bloquent l’innovation et, par conséquent, le développement de cette filière d’avenir. Sans algues, l’entreprise ne pourra pas développer cette production de « poulets élevés sans antibiotiques grâce aux algues » alors qu’il s’agit d’une nouvelle filière éco-responsable, dont les débouchés en France et à l’international sont très prometteurs et qui doit répondre à une forte demande.

La démarche de ces associations va à l’encontre des valeurs qu’elles défendent et des intérêts de la Bretagne, en bloquant la mise en œuvre d’un projet ambitieux combinant :

  • le lancement d’une nouvelle production agroalimentaire bretonne promise à un très bel avenir,
  • la pérennité de l’emploi,
  • la valorisation des ressources naturelles de la région dans le cadre d’une démarche écologique responsable.

OLMIX en appelle au sens des responsabilités de chacun afin de débloquer cette situation dans une période où l’industrie agroalimentaire bretonne fait face à une crise sans précédent.

Mots clés
Voir plus

Articles liés