La meunerie française fait évoluer son protocole d’évaluation des variétés

L’augmentation de la diversité variétale dans les surfaces cultivées et l’accélération du renouvellement des variétés ont été constatées ces dernières années. Aussi, le nouveau protocole blés meuniers, établi par l’ANMF, permet désormais une meilleure adaptation des listes au tempo du marché. Il s’applique sur les nouvelles variétés inscrites au catalogue officiel en octobre 2014.

Un protocole optimisé et exhaustif

L’augmentation du nombre d’échantillons étudiés, grâce au partenariat avec Arvalis et Geves, permet de mieux caractériser les variétés dès leur inscription au catalogue, de supprimer les essais post-inscription et ainsi de gagner une année. Dès le mois de mars suivant l’inscription au catalogue, l’ANMF analyse les nouvelles variétés en vue d’inscrire les meilleures en observation (VO) sur le document Blés meuniers ; ceci pour deux ans maximum. Ce délai permet de procéder à l’évaluation de leur valeur meunière sur le moulin pilote de l’Enilia-Ensmic et aux meuniers de les tester avant de les recommander. Désormais, il faut deux années pour inscrire une variété en VRM.

Les nouvelles inscriptions au catalogue n’apparaissent pas dans les listes BPMF la première année. Comme pour les variétés en observation, ceci permet aux meuniers de les tester.

Les variétés adaptées à l’agriculture biologique sont sélectionnées sur proposition d’experts sur la base d’un réseau d’évaluation variétale conduit selon le mode de production biologique et animé par l’Institut technique de l’agriculture biologique (Itab).

Évaluation de la valeur technologique et de la valeur meunière des blés

La valeur technologique de toutes les variétés de blé tendre inscrites au catalogue en classes technologiques BPS, BP, BAF et BB est évaluée aux travers des critères de protéines, de comportement en panification ou biscuiterie et des caractéristiques rhéologiques (alvéographe et farinographe). L’élargissement aux variétés BP permet à l’ANMF d’avoir une vision plus exhaustive.

L’étude de la valeur meunière, réalisée par le moulin pilote de l’Enilia-Ensmic dans des conditions semi-industrielles, complète l’évaluation des VRM panifiables. Alors qu’auparavant l’ANMF étudiait au maximum 5 variétés en observation par an, en 2015, 13 seront étudiées (7 variétés inscrites en octobre 2014 : AIGLE, APLOMB, FOXYL, HYWIN, RGT TEKNO, SHERLOCK, TRIOMPH et 6 variétés inscrites en octobre 2013 : DESCARTES, FRUCTIDOR, LAVOISIER, RGT KILIMANJARO, RGT VENEZIO, STARWAY) sur la base d’échantillons de 400 kg fournis par les obtenteurs.

26 nouvelles variétés enrichissent les listes de Blés Meuniers

VRM : 11 variétés accèdent au statut de Variétés Recommandées par la Meunerie (VRM) dont la liste publiée en comprend désormais 60 (30 panifiables, 12 de force, 4 biscuitiers et 14 pour l’agriculture biologique).

En 2015, les variétés ALHAMBRA, IONESCO (pour la zone sud), LAURIER et TERROIR complètent la liste des variétés recommandées pour les blés panifiables. De même, REBELDE est incluse dans les blés de force, BELEPI dans les blés biscuitiers et ATHLON, ELEMENT, MOLINERA, SULTAN et TOGANO pour les blés biologiques.

En revanche, les variétés panifiables AEROBIC, ALIGATOR, PREMIO et SORRIAL, les variétés de force ANTONIUS et RUNAL, la variété biscuitière GLASGOW ainsi que la variété biologique AEROBIC ont été retirées des listes VRM publiées en raison de l’absence de multiplication de semences. Ces variétés restent néanmoins VRM pour les utilisateurs.

VO : Les nouvelles variétés mises en observation (VO) en 2015, sont :

  • Pour les blés panifiables :
    • Parmi les inscriptions d’octobre 2014 : AIGLE, APLOMB, FOXYL, HYWIN, RGT TEKNO, SHERLOCK, TRIOMPH
    • Parmi les inscriptions d’octobre 2013: DESCARTES, FRUCTIDOR, LAVOISIER, RGT KILIMANJARO, RGT VENEZIO, STARWAY
  • Pour les blés de force : FORCALI, inscrite en octobre 2014 et 3 variétés du catalogue européens ADESSO, MV TOLDI et TIEPOLO
  • Pour les blés biscuitiers : GALLIXE, inscrite en octobre 2014.
  • Pour les blés biologiques. ADESSO, LENNOX, RUBISKO et WIWA.

MATHEO reste pour la deuxième année consécutive en observation pour les blés panifiables, de même que GALLUS pour les blés biologiques.

Les variétés retirées des listes des VO sont CALISOL pour les blés panifiables, et ENERGO pour les blés biologiques. Ces variétés restent dans les listes BPMF.

Les listes de VRM sont prescrites à l’attention des producteurs en vue des prochains semis. Toutefois les variétés de ces listes peuvent également être considérées VRM par les utilisateurs dès la récolte 2015

BPMF : Les variétés « BPMF » rassemblent les VRM et d’autres variétés utilisables en mélange par la meunerie.

Cette année, les nouvelles variétés BPMF sont :

  • Blés panifiables : DESCARTES, FRUCTIDOR, GHAYTA, GRANAMAX, HYSPEED, HYWIN, LAVOISIER, RGT KILIMANJARO, RGT VENEZIO, STARWAY, SYLLON
  • Blés de force : ADESSO, MV TOLDI, TIEPOLO
  • Blés biologiques : ADESSO, LENNOX, RUBISKO, UBICUS, WIWA

En raison de leur faible emblavement ou non disponibilité sur le marché, ont été retirées des listes : AEROBIC, ALIGATOR, ARISTOTE, CALCIO, CAMP REMY, CCB INGENIO, FOLKLOR, JB ASANO, NOBLESKO, NUCLEO, PHARE, PREMIO, ZEPHYR pour les blés panifiables, ANTONIUS, CIMABUE, ESPERIA, FIGARO, LENNOX, RUNAL, SENSAS pour les blés de force, GLASGOW, SY ALTEO pour les blés biscuitiers et AEROBIC, ALIGATOR et CAMP REMY pour les blés biologiques.

L’ANMF rappelle que les variétés ALTIGO et EXPERT ainsi que les blés panifiables supérieurs (BPS) et blés panifiables (BP) ne figurant pas sur la liste BPMF panifiables sont exclues des mélanges BPMF panifiables. De plus, les variétés CELLULE, HYFI, JOKER et RUBISKO ne doivent pas dépasser 15 %, en cumul, dans les mélanges BPMF panifiables.

Les listes BPMF sont prescrites pour les allotements des organismes collecteurs pour la récolte 2015 et sont destinées à être utilisées dans le cadre des contrats d’approvisionnement des moulins sauf spécifications contractuelles différentes. Il est rappelé que la présence, dans un lot de BPMF panifiables, de variétés BPMF biscuitières ou de variétés non inscrites dans une des listes BPMF, entraîne le déclassement du lot complet.

Le «Plan protéines blé tendre» conforte les recommandations de l’ANMF

Le « Plan protéines blé tendre », porté par Intercéréales et FranceAgriMer, mis en place en 2014 afin d’améliorer la teneur en protéines des blés français, grâce aux leviers contractuels, génétiques et agronomiques, conforte les recommandations de l’ANMF en la matière précisées sur le document Blés Meuniers depuis de nombreuses années.

L’ANMF recommande un taux de protéines pour les lots destinés à la meunerie compris entre 11,5% et 12,5% pour les blés panifiables, supérieur à 14% pour les blés de force et supérieur à 11% pour les blés biologiques.
Pour les variétés pures de blés panifiables ou biologiques, le taux de protéines est à préciser en fonction des variétés. En effet, le taux de protéines est un critère prédictif lorsqu’il est associé à une variété dont le comportement en panification a déjà été étudié. En panification, la qualité des protéines est primordiale à la quantité, d’où l’intérêt de l’utilisation de Variétés Recommandées par la Meunerie dont le bon comportement en panification reste stable sur une large plage de protéines.

Chaque année, les variétés de blé tendre destinées à la meunerie sont étudiées par la Commission matières premières de l’ANMF en partenariat avec Arvalis, le CTPS1, l’Enilia-Ensmic, l’Itab2, le Geves3 et le groupe Qualtech sur la base des résultats d’analyses technologiques et de valeur meunière.

RAPPEL (précisé dans la fiche blés meuniers 2015) – Annexe

Recommandations pour la conduite culturale des blés tendres

  • Suivre la charte de production du blé tendre Arvalis/Irtac.
  • Pour les blés panifiables et de force, fractionner les apports d’azote pour assurer un taux de protéines adapté.
    • Le 1er apport ne doit pas dépasser 60 kg/ha ;
    • Le 2e apport s’effectue au stade « Epi à 1 cm » ;
    • Le 3e apport, dont la quantité doit être décidée de préférence avec un outil de pilotage, s’applique entre la fin de montaison et le gonflement. C’est le stade le plus efficace pour améliorer la teneur en protéines sans préjudice sur le rendement ;
    • Un 4e apport est envisageable et peut être conseillé.
  • Ne pas moissonner avant complète maturité pour assurer une bonne qualité. Recommandations pour la qualité sanitaire des blés tendres

Les acteurs de la filière sont vivement encouragés à :

  • être attentifs à la qualité sanitaire des blés, notamment vis-à-vis de la réglementation relative aux toxines de Fusarium,
  • adhérer au plan de surveillance sanitaire des céréales de l’Irtac – utiliser des outils de prédiction du risque mycotoxine à la parcelle et sur la zone de collecte.
  • utiliser des outils de prédiction du risque mycotoxine à la parcelle et sur la zone de collecte.
  • nettoyer les blés avant livraison à la meunerie (grille de 2 mm).

La meunerie française utilise près de 5 millions de tonnes de blé dont la majorité des achats se fait sur des mélanges de variétés « BPMF ». Pour la récolte 2015, les BPMF représentent 71% des surfaces cultivées dont 34 % de VRM. L’ANMF, par la publication des « Blés Meuniers », contribue à la grande qualité des blés français pour l’ensemble des utilisateurs sur le marché intérieur et à l’exportation.

* VRM : Variété recommandée par la meunerie, VO : Variété en observation, BPMF : Blé pour la meunerie française, BP : Blé panifiable, BPS : Blé panifiable supérieur, BAF : Blé améliorant ou de force, BB : blé biscuitier

Mots clés
Voir plus

Articles liés