IMV et GETI créent une plate-forme FIV et biotechnologie

Le secteur de la production d’embryons se développe d’année en année et représente aujourd’hui une part importante des activités de reproduction bovine. Le contrôle de la qualité dans les laboratoires de FIV (fécondation in vitro) nécessite donc la mise en œuvre d’un nombre croissant de normes concernant la production d’embryons et de milieux.

Un regroupement stratégique

Conscientes de cette tendance, la société IMV Technologies (biotechnologie en reproduction animale), et l’équipe de recherche GETI (Université Grenoble-Alpes, INSERM, CNRS) s’associent pour créer un laboratoire de recherche commun sur la FIV à Grenoble. Depuis de nombreuses années, l’équipe de recherche GETI (Génétique, Épigénétique et Thérapies de l’Infertilité) travaille sous la direction du Dr Christophe Arnoult sur la physiologie spermatique, l’infertilité masculine et les stratégies thérapeutiques appliquées à l’infertilité.

« Dans le cadre de notre stratégie d’amélioration continue de la cryoconservation de sperme et d’embryons, il s’agit là d’une opportunité pour IMV de collaborer avec des scientifiques qualifiés dans le domaine de l’infertilité masculine », confie Andrés González, spécialiste technique et scientifique responsable du projet chez IMV. « Notre défi consiste à promouvoir cette plateforme comme un outil de transfert pour les nouveaux produits dans le secteur de la FIV et à proposer des innovations sur le marché. »

Dans un contexte de croissance rapide du secteur de la FIV à l’échelle internationale, les objectifs de cette plateforme sont :

  1. de promouvoir et d’accélérer la recherche collaborative entre les activités de recherche financées par l’État (GETI) et IMV,
  2. de faciliter les tests de produits avant leur lancement sur le marché,
  3. d’offrir une plateforme de formation sur les nouvelles technologies de procréation médicalement assistée, notamment la FIV.

La plateforme IMV-GETI produit désormais chaque semaine des embryons bovins et murins et lancera ses premiers essais de recherche début 2016.

Ce nouveau laboratoire de FIV a reçu des subventions du gouvernement (LabCom LIPAV) par le biais de l’Agence Nationale de la Recherche (référence projet°ANR 14-LAB7-0004-01). Ce projet s’inscrit dans la continuité des travaux de recherche de Guillaume Martinez, doctorant au CIFRE, qui a travaillé pendant trois ans sur l’amélioration de la fertilité masculine en collaboration avec IMV.

Mots clés
Voir plus

Articles liés