La Conf’ fait sa rentrée et rappelle que l’élevage est en crise

Extrait d’un communiqué du 7 janvier intitulé : « Crise de l’élevage : L’Etat entérine la disparition de milliers de paysans »

Ils ne seront plus paysans à la fin de l’année

« Le ministre de l’Agriculture a ouvert l’année hier en revendiquant le plan pour l’élevage, élaboré par Manuel Valls et la FNSEA, et les disparitions de paysans qui en résultera. Ils sont des milliers, que le ministre s’est refusé à chiffrer, qui ne seront plus paysans à la fin de l’année. Mais passé le constat, il n’y a plus rien, aucun regard critique sur une politique qui n’est rien d’autre qu’un plan de licenciements silencieux.

Depuis trop longtemps, les prix des viandes et du lait sont en chute libre, mais personne ne s’étonne du silence des paysans. Pas de manifestations depuis cet été, pas d’éclats médiatiques. L’endettement, la pression de la dérégulation, l’isolement, ont créé une situation de résignation grâce à laquelle le gouvernement peut se permettre de faire disparaître l’emploi paysan sans faire de vagues. La Confédération paysanne s’insurge contre cette situation d’abandon dont souffre le monde paysan et souhaite insuffler de réelles solutions d’avenir plutôt qu’un énième plan d’urgence désastreux. »

Une politique agricole tournée vers l’agrobusiness

« Dans ses vœux, le Président de la République a décrété l’état d’urgence économique et social et, dans le même temps, l’Etat détruit volontairement des milliers d’emplois. La mise en place d’une politique agricole tournée vers les paysans plutôt que vers l’agrobusiness devient plus qu’urgente. La maîtrise et la répartition des productions doivent être un préalable pour que tous aient la possibilité de vivre de leur métier. Au-delà, un changement de cap s’impose pour aller vers une agriculture paysanne qui maintiendrait l’emploi, et en créerait ! »

Mots clés
Voir plus

Articles liés