Triskalia et UKL-­Arrée : tout bon pour la volaille bretonne

Annoncé à l’automne 2015, le rapprochement des coopératives Triskalia et UKL-­Arrée est aujourd’hui effectif, avec d’une part l’adhésion d’UKL-­Arrée à Triskalia, d’autre part la création de Couvéo, qui réunira les couvoirs de Pontchâteau (44) et de Pontivy (56).

Dans un contexte de marchés toujours sensible, ce rapprochement participe à la structuration de la filière volaille bretonne.
L’adossement de la coopérative UKL-­Arrée à Triskalia présente plusieurs intérêts : pérennité du potentiel de production, débouchés en nutrition animale, développement de l’activité d’accouvage pour l’approvisionnement des élevages de volaille de chair, développement et investissements…

La coopérative UKL-­Arrée rejoint ainsi les activités volailles du groupe Triskalia (Triskalia Volailles, Nutréa et Ronsard) : l’accouvage, la fabrication d’aliment du bétail, la production ainsi que la transformation.
En pratique, UKL-­Arrée adhère à Triskalia tout en restant une coopérative de production de volailles autonome, adossée à Triskalia volaille. Elle conserve ses débouchés actuels, notamment sur le grand export. Les éleveurs de volaille de chair restent adhérents de la coopérative UKL-­Arrée. De même, les salariés ne changent pas d’employeur.

1,2 millions de poussins par semaine

Le 1er février 2016, le couvoir de poussins UKL-­Arrée de Pontivy (56) rejoindra le couvoir de canetons Triskalia, anciennement Procaneton, au sein d’une même société. Cette société, baptisée Couvéo, comprendra donc 2 sites : Couvéo Caneton et Couvéo Poussin. Des investissements sont d’ores et déjà programmés à Couvéo Poussin afin de porter la capacité de production à 1,2 millions de poussins par semaine. Cela s’accompagnera d’une recherche d’éleveurs de poules reproductrices.

Une stratégie dans un contexte difficile

Même si 2015 a été moins difficile pour la filière volaille que pour les autres productions animales, le contexte reste sensible. Les importations continuent d’augmenter et les marchés sont toujours soumis aux aléas sanitaires, financiers ou monétaires. La Bretagne dispose cependant de nombreux atouts. Le rapprochement du groupe Triskalia et d’UKL-­Arrée s’inscrit bien dans une stratégie de consolidation de la filière avicole bretonne, sans oublier le maintien des centres de décision dans la région.

Source : Triskalia

Mots clés
Voir plus

Articles liés